E

Histoire

  • D’où vient le nom du village :

Anciennes mentions : Symmenges (1255), Semanges (1476), Semenges (1499), Simingen (1594), Zimmingen (1644), Zenning (carte Cassini), Zimming (1793). Zenning en patois : Sernin.
En allemand : Simingen, Zimmingen (1871-1918). En francique lorrain : Zéming.
Durant le XIXe siècle, Zimming était également connu sous le nom de Zemmingen.
Les noms de famille Zimminger et Simminger désignaient autrefois les habitants du village et sont typiques de la commune

 

  • Les armoiries Communales : 

Les armoiries de la commune, de Gueules à trois anneaux entrelacés d’Argent, accompagnés de trois glands du même, posés en pairle, représentent les Armes de l’abbaye de Longeville-lès-Saint-Avold qui possédait la seigneurie de Zimming, brisées du symbole de la Sainte Trinité, patronne du village.

 

  • L’histoire du village :

Sur le ban de la commune ont été découverts des pierres, des tuiles, des vestiges d’une voie romaine  menant à Boucheporn, village voisin qui était un important centre de production de céramique sigillée durant l’époque gallo-romaine.
Au Moyen-Âge le village dépendait de l’ancienne province de Lorraine et était possession de l’abbaye de Saint Martin-des-Glandières à Longeville-lès-Saint-Avold. De 1790 à 1802 le village fait partie du canton de Longeville. Il est ensuite rattaché à celui de Boulay.

Du village disparu il ne subsiste que le chêne, la source miraculeusement et la chapelle de l’ancienne abbaye qui se dressait à cet endroit. Elle fut miraculeusement  épargnée  pendant cette guerre, rebâtie en 1723, restaurée en 1938 et entièrement remise en état en 2017 grâce au Conseil de Fabrique qui se chargea depuis 2010 de la réalisation des travaux pour sauver ce riche patrimoine

 
L’église voûtée de la Sainte-Trinité date du XVIIIe siècle. Du point de vue spirituel, le village est au Moyen-Âge la succursale de la vaste paroisse voisine de Boucheporn, de même que Bisten-en-Lorraine et Obervisse. L’état civil ne débute alors qu’en 1792 dans la paroisse-mère.

Zimming dépendait de la paroisse-mère de Boucheporn et devint une paroisse autonome en 1774 avec la construction de son église, un église-grange. Curé de la paroisse de Zimming de 1895 à 1933, l’Abbé KŒNIG, qui repose dans notre cimetière, fit réaliser les travaux impressionnants du plafond voûté. L’état civil ne débute alors qu’en 1792 dans la paroisse-mère.

De nombreux calvaires et croix, rappelant des événements marquants du passé, peste, choléra et autres drames, se dressent  dans le village et au bord des routes.

L’ancienne cité militaire et le casernement de sûreté de la ligne Maginot s’installèrent à Zimming en octobre 1934. Le camp fut occupé par le 2ème Bataillon du 146ème RIF (Régiment d’Infanterie de Forteresse) qui fut employé à la réalisation  des constructions MOM ( Main-d’Oeuvre Militaire) du secteur et à ses aménagements: construction de la Ligne Maginot, de la caserne, du camp et de l’ouvrage du Kerfent. Le 146ème RIF est un régiment du temps de paix et, à la mobilisation en 1939, le 1er Bataillon de ce régiment donna naissance au 156ème RIF, régiment du temps de guerre qui prit possession du Camp de Zimming.